586 000 grévistes dans les rues du Québec

Nous nous réveillons ce matin avec l’un des plus grands mouvements de débrayage de l’histoire du Québec! Ce sont près de 600 000 personnes qui sont en greve aujourd’hui le 23 novembre 2023. 

Il s’agit dans un premier temps des 420 000 membres du Front Commun (4 fédérations CSN, 4 syndicats affiliés a la FTQ, 7 fédérations CSQ et l’APTS) qui arrivent au terme de leurs trois journées de grève consécutive. Les 80 000 membres de la Fédération Interprofessionnelle de la santé au Québec (FIQ) qui de leur côté feront la première de leurs deux journées de grève consécutive et bien entendu les 66 500 membres de la Fédération Autonome de l’Enseignement (FAE) qui entament aujourd’hui le début d’une grève générale illimitée.

A ces 566 000 membres de syndicats, on se doit d’ajouter l’Assemblée générale des étudiant-es du Cégep du Vieux Montréal (AgeCVM) dont les 6100 membres sont entrés en greve en solidarité avec le Front Commun et la Palestine, ainsi que les nombreuses associations étudiantes de l’UQAM qui sont entrées en greve de solidarité tels l’Association facultaire des étudiants et étudiantes en science politique et droit de l’UQAM (AFESPED), l’Association facultaire des étudiants et étudiantes en Art (AFEA) et l»Association facultuaire des étudiants et étudiantes en science qui représente a elles trois plus de 8500 grévistes. A ces trois associations s’ajoute les 5000 membres de l’Association départementale des étudiants et étudiantes en science de l’éducation (ADEESE), bref, les futur-es enseignant-es, qui ont emboité le pas a la FAE en entrant également en greve generale illimitée. Le tout pour un grand total de 584 600 personnes! Qu’est-ce que ça nous donne comme semaine?

Si on ne compte que les syndicats de salariés, cela nous fait 420 000 grévistes mardi, 420 000 grévistes mercredi, 565 000 grévistes jeudi, 145 000 grévistes vendredi et 65 000 grévistes jusqu’au déclenchement d’une nouveau mouvement de grève par le Front Commun ou la FIQ ou encore par un retour au travail des membres de la FAE. En incluant les associations étudiantes, qui sont peut-être plus petites comparées a la grosse machine du Front Commun, mais dont le support ne sera pas de trop, on parle cette fois de 430 000 grévistes mardi et mercredi, 578 600 jeudi, 156 000 vendredi et 70 000 grévistes la semaine prochaine!

Si plusieurs membres de l’une ou l’autre des entités syndicales ont pu décrier le manque de coordination des syndicats, un regard rapide sur le calendrier  nous laisse pourtant croire que tout n’a pas été complètement laissé au hasard. Si une réunion secrète en haut lieu reste peu plausible, il ne faudra pas non plus croire que les syndicats jouent leurs cartes sans prendre en considération les derniers mouvements de leurs collègues en rouge, turquoise ou bleu pâle.

Mais qu’attendre de la suite? De par les différents obstacles à la grève que le Code du Travail prévoit en plus des différentes déclarations publiques faites par les leaders syndicaux, nous pouvons nous attendre à ce que la FAE ait à tenir le navir seul pour au moins deux semaines.C’est à dire que légalement, le Front Commun n’aurait pas eu le droit de déclencher un nouveau mouvement de grève avant le 4 décembre et la FIQ le 5 décembre. On se rappellera que les syndicats doivent donner un préavis de grève de 7 jours juridiques francs. 7 jours juridiques francs, c’est ce que le vrai monde appelle 10 jours, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Par l’entremise d’Éric Gingras, président de la CSQ, le Front Commun a également fait savoir mercredi matin qu’un bilan des négociations serait fait en fin de semaine et en début de semaine prochaine. C’est que depuis lundi, un conciliateur a été nommé par le Ministère du travail pour essayer de faire avancer la négociation qui piétinne depuis le début de l’année.Si le Front Commun dépose un nouvel avis de grève lundi le 27, c’est dire que les mouvements de grève reprendront au plus tôt le 6 décembre, des consultations ont actuellement lieu dans plusieurs syndicats à savoir si les membres jugent que la meilleure stratégie à ce point serait une nouvelle ronde de journées disparates ou s’ils et elles en sont rendus au déploiement des mandats de Grève Générale Illimitée.

Pour les membres de la FAE, cela veut dire tenir le fort seul pendant au moins 2 semaines si la stratégie choisie en est une de perturbation continue. Un défi de taille pour un syndicat qui cumule moins de 10 journées de grève depuis sa création en 2005 avec un grand record de 3 jours collés et qui ne dispose d’aucun fond de grève. La Fédération Autonome de l’Enseignement a déjà conclu des ententes avec différentes banques afin que ses membres puissent obtenir des gels d’hypothèque et des marges de crédits sans intérêts, des listes des banques alimentaires ont été envoyés sur demande et des lignes de supports psychologiques ont été mises en place, mais est-ce que cela sera suffisant? Les équipes de négociations et le conseil fédératif de la FAE pourraient mettre fin à la grève à tout moment si une entente de principe est entérinée. Suite à cela, les syndiqués devront rentrer en classe en attendant leur assemblée générale ou ils et elles pourront voter sur l’entente et sur la reprise ou non de la grève comme moyen de pression.

S’il est plus clair que jamais que le gouvernement en place continue le travail de ses prédécesseurs du Parti Libéral et du Parti Québécois dans la destruction des services publics et le financement du privé, plusieurs facteurs jouent pourtant en la faveur des différentes organisations syndicales. Pas plus tard qu’hier matin, un sondage révélait qu’entre le Front Commun et le Gouvernement, les québécois et québécoises supportent les 1ers dans un rapport de 2 pour 1. Avec un-e québécois-e sur 10 actuellement en négociation, c’est presque dire que tout le monde au Québec connaît personnellement au moins un-e gréviste. Le début des mouvements de grève a aussi marqué une grande première dans l’histoire de la CAQ, c’est la toute première fois qu’ils ne sont plus les premiers dans les sondages. Pour un gouvernement habitué de gouverné au feeling, c’est une chute qui sera dure a rattraper dans le contexte actuel. Finalement, mentionnons au passage que l’équipe Legaut, même si nous lui faisons confiance pour demander conseil aux meilleurs briseurs de grève que le Québec ait connu, est tout de même composé d’une impressionnante portion d’amateurs avec au premier plan une Sonia Lebel qui a fait ses premiers pas en politique en 2018.

La lutte ne fait que commencer, solidarité à ceux et celles qui continueront le combat!

X374166

Correction: Publié tôt ce matin, la premiere version de cet article ne comptait pas les différentes associations étudiantes en greve et avait compté la FAE a 65 000 membres plutôt que 66 500.

Scroll to Top